Archives de catégorie : Offres de stage/emploi

LA CIFRE – Entre avantages et contraintes, retour sur expérience

<p>Logo Cifre ANRT</p>

Trouver ou recevoir un financement pour réaliser sa thèse se révèle être un enjeu majeur pour assurer au doctorant de bonnes conditions de travail. De nombreuses possibilités existent cependant, parmi lesquelles, la CIFRE (Conventions Industrielles de Formation par la REcherche). Cette possibilité qui lie, dans un accord tripartite, étudiant, laboratoire et entreprise pour la réalisation d’une thèse en trois ans, peut présenter des avantages mais aussi des inconvénients. Il nous est donc apparu intéressant de revenir sur un certain nombre d’expériences vécues de doctorants en contrat CIFRE. L’échange ci-dessous est, nous l’espérons, le premier d’une série. (Si vous êtes intéressés pour apporter votre témoignage sur votre expérience CIFRE ou compléter ce texte, vous pouvez contacter l’équipe du site à cette adresse : redac.socioehess[at]gmail.com)

Pour toute information complémentaire sur la CIFRE : http://www.anrt.asso.fr/

————–

Simone Morgagni, doctorant à l’EHESS et à l’université de Bologne (Italie), nous expose ici son expérience de la CIFRE :

1 – Quelles ont été tes motivations à réaliser une thèse sous convention CIFRE et sur quoi porte ta recherche ? As-tu contacté spontanément l’entreprise ou as-tu répondu à une offre ?

Dans mon cas la motivation a été assez simple dans le sens où j’aurais bien aimé me lancer dans un doctorat mais que je ne l’aurais jamais fait sans financement. Une fois perdue l’occasion de l’allocation de l’école, j’ai commencé à explorer un peu le panorama des possibles et je suis tombé sur la possibilité d’une CIFRE autour de laquelle j’ai construit un premier projet pouvant avoir un intérêt à la fois scientifique et appliqué. Je suis allé le présenter à deux ou trois entreprises susceptibles d’être intéressées, chose qui, par la suite, m’a conduit à entamer ce parcours. Il faut admettre qu’au départ il n’a pas été facile d’identifier et de contacter le bon interlocuteur, mais après les premières prises de contact et les premiers rencontres directes, les choses ont eu tendance à se simplifier progressivement.

2 – Comment a été négocié la CIFRE avec l’entreprise, et éventuellement le laboratoire, sur le choix du sujet (le sujet a-t-il été imposé, ont-il été intéressés par celui que tu proposais) ?

Vue la situation initiale la négociation était assez simple car je suis arrivé avec un projet déjà établi pouvant, tant bien que mal, rentrer dans le cadre des intérêts de l’entreprise dans un domaine dans lequel ils ne faisaient substantiellement pas de recherche. Par conséquent le projet n’a pas vraiment été modifié par rapport à ce que j’avais proposé au départ. Il faut toutefois prendre en compte les modifications et changements pouvant avoir lieu en cours de route suite aux imprévisibles de la recherche et des nécessités internes comme pourraient l’être les changements de politique industrielle, des chefs de départements, des modifications budgétaires et ainsi de suite. Les temps de la recherche sont différents de ceux des entreprises qui évoluent bien plus vite et qui, souvent, ne voient l’activité de recherche que comme une variable d’ajustement mineur à prendre en compte. D’un point de vue économique aussi, il n’a pas fallu négocier grand chose, le salaire étant fixe et le laboratoire n’étant point intervenu.

3 – Quel part de ton temps consacres-tu à l’entreprise et en quoi consiste le travail que tu fournis à l’entreprise ? Est-il utile pour ta propre recherche ?

La question du temps risque toujours d’être un peu difficile à traiter. Dans mon cas, lors de ces deux premières années, j’ai eu la chance de n’avoir quasiment pas travaillé sur autre chose que des projets s’apparentant à ma recherche, or apparemment ce n’est souvent pas le cas. Ce qui est sûr c’est qu’on passe la majeure partie du temps en entreprise ou sur le terrain et de ce point de vue il est assez difficile d’avoir réellement le temps de la recherche en sciences humaines. Personnellement je trouve que si les trois ans de bourse fonctionnent assez bien en sciences dures ou pour les ingénieurs, cela s’avère plus compliqué dans nos disciplines, car la thèse est différemment conçue et nécessite plus de travail pour être aboutie en tant que travail scientifique. Le risque est donc celui d’arriver à temps au bon résultat du coté entreprise et de ne pas arriver nécessairement à terminer une thèse faite de la meilleure manière au niveau scientifique. C’est un peu un risque à prendre et, ce qui est sûr, c’est que la thèse CIFRE n’a pas vocation à produire des enseignants-chercheurs, mais des chercheurs appliqués. Après une CIFRE, si on n’a pas vraiment fait attention et si on ne s’est pas vraiment efforcé dans ce sens, un retour dans l’académie me semble bien plus difficile qu’une insertion définitive dans le monde du travail.

4 – Quels avantages et quelles contraintes posent le travail en entreprise en parallèle du travail pour la thèse ?

Du coté des avantages, sûrement, les moyens économiques, car les entreprises permettent d’obtenir plus facilement et plus rapidement du matériel et de lancer des projets. Personnellement j’ai géré (pour moi ou pour d’autres) un budget annuel qui dépasse de plusieurs fois celui de mon laboratoire, chose qui permet de mieux travailler et d’apprendre à gérer des budgets et des projets. Un autre aspect très positif pour moi a été celui du travail d’équipe, souvent rare en SHS et fondamental dans le cadre d’un projet industriel. Cette manière de travailler permet de s’enrichir plus, de moins se perdre dans son propre travail et de voir les choses sous des aspects différents. Petit hic, dans mon cas, mes collègues n’étant pas des chercheurs, je dois systématiquement me diriger ailleurs pour ne pas me priver de ce type d’échange. Il faut aussi dire que le fait de travailler dans une entreprise plutôt que dans une bibliothèque ou dans une école, fait que les échanges scientifiques fortuits diminuent (celui-ci pourrait être un aspect négatif). Négatif également le fait d’avoir comme premier but celui de développer quelque chose et non pas de faire de la recherche pure ainsi que de devoir systématiquement en démontrer l’utilité à court/moyen terme, bref, une CIFRE c’est avant tout de la production industrielle (que cela soit bien ou mal caché) impliquant un voile de recherche, pas de la recherche pour la recherche.

5 – L’entreprise a-t-elle influencée l’orientation de ta recherche au cours de la réalisation de celle-ci (de manière positive ou négative) ?

Oui, bien évidemment. Il y a eu des unes comme des autres, mais l’entreprise, comme tout contexte, influe fortement sur l’orientation qu’on donne au travail et le but du jeu est probablement celui de ne pas perdre la barre du projet réfléchi au début. C’est une sorte de médiation permanente qu’il faut assumer pour ne pas perdre de vue l’aspect recherche ou l’aspect utilitariste. Comme j’ai eu l’occasion de le dire, un revirement industriel, un changement de politique d’entreprise, une augmentation/diminution de budget, une modification du paysage industriel, un changement de tuteur ou autre peuvent rendre une thèse CIFRE extrêmement plus intéressante ou centrale pour l’entreprise comme la faire basculer du coté des choses inintéressantes. Pas facile.

6 – Existe-t-il des contraintes par rapport à la publication de tes travaux ?

Pour l’instant, et dans mon cas, je n’ai pas eu trop de soucis sur ce point. D’ailleurs, pour éviter cela, j’ai choisi de couper en deux le travail, avec d’un coté une partie de terrain et d’expériences empiriques, et de l’autre une réflexion théorique, tout en cherchant à me protéger par le biais d’un contrat cadre établissant la propriété, la gestion et les limites d’usage des données. A priori il faut considérer que tout ce qui est sensible ne sera pas publié et communiqué et évidemment il en sera de même pour tout ce qui sera à breveter. Le fait est qu’il est assez difficile de répondre à une question de ce type du fait des énormes différences entre disciplines et entre projets. Un ingénieur qui travaille dans le domaine de la défense n’aura probablement pas les mêmes contraintes qu’un sociologue qui travaille sur la réception des concerts de musique classique.

Témoignage recueilli par Cyril Granier et Ryder Gillespie, étudiants EHESS

Coordination: Laura Chartain, allocataire-monitrice mention Sociologie

Financements en région Ile-de-France

Le Conseil Régional d’Ile-de-France propose plusieurs financements destinés aux laboratoires de recherche franciliens.

Ceux-ci concernent aussi bien le financement d’allocations doctorales et post-doctorales, le soutien à des manifestations scientifiques, à des actions de diffusion de la culture scientifique et citoyenne, ou encore le soutien à des actions d’insertion professionnelle de jeunes chercheurs.

Vous trouverez les différentes possibilités existantes sur le site suivant :

http://www.iledefrance.fr/appels-a-projets/

N’hésitez pas à contacter le service du partenariat et de la valorisation (lspv@dr1.cnrs.fr) qui vous apportera les conseils utiles à l’élaboration de vos propositions dont la gestion serait prise en charge par la délégation Paris A.

Site internet : www.dr1.cnrs.fr

Recrutement : « Chef de projet Classement mondial de la liberté de la presse »

Recrutement : « Chef de projet Classement mondial de la liberté de la presse »

Missions :
Reporters sans frontières assure la promotion et la défense de la liberté d’informer et d’être informé partout dans le monde. Depuis 2002, Reporters sans frontières publie chaque année un classement mondial de la liberté de la presse. Reporters sans frontières recrute un/une « Chef de projet Classement mondial de la liberté de la presse » chargé(e) de la réalisation et de la publication du Classement, du développement de son réseau de répondants et de sa diffusion. Doté(e) d’une formation en statistiques, ou ayant de solides bases dans ce domaine et celui des méthodes de sondages, le chef de projet gère de bout en bout la réalisation du Classement.

Véritable force de proposition sur ce projet, le/la chef de projet classement travaillera sous la supervision du Directeur de la recherche.

Ses tâches :
– Interface avec les équipes opérationnelles lors de la préparation et de la compilation du Classement.
– Traitement statistique des données
– Analyse de la qualité du classement 2012 et proposition de points d’amélioration
– Suivi des réactions suite à la publication du classement (revue de presse, reporting)

Profil et compétences :
– Une expérience dans la gestion de projet
– Maîtrise de la construction de bases de données, de barème et d’indices
– Méthodes de base du datamining (scoring, segmentation, associations…)
– Maîtrise d’un logiciel statistique

Bon esprit de synthèse et d’analyse
Energie au travail, rigueur, sens des responsabilités et enthousiasme sont des qualités nécessaires. Excellentes aptitudes au travail en équipe.
Anglais bilingue obligatoire.
Un accord total avec la cause défendue par l’organisation est indispensable.

Contrat :
Poste à pourvoir au 1er février 2012 – CDI (P.S : annonce toujours valide en date du 1er Février 2012)

Conditions :
Poste basé à Paris (2è)
Rémunération brute annuelle : 25 à 30 k€
Prise en charge de 50% de la carte orange.
Tickets restaurant.
Mutuelle obligatoire, prise en charge à 100%.

Candidature :
Merci d’adresser votre candidature (CV + lettre de motivation + références si possible)
Par email uniquement à : direction@rsf.org
Mettre impérativement en objet du mail : Candidature offre Classement/RSF/1211

Offre de stage M1-M2 à la Ville de Paris

Proposition de stage à la Ville de Paris
(Direction Générale de l’Action Sociale, de l’Enfance et de la Santé)

Contexte du stage :
La DASES compte 4 700 agents et gère un budget de 1.2 milliards d’euros. Elle exerce l’ensemble des compétences départementales en matière sociale et médico-sociale à Paris et certaines compétences municipales. Ses principaux domaines d’intervention sont l’insertion et la solidarité (RSA, fonds de solidarité pour le logement, fonds d’aide aux jeunes, services sociaux départementaux), l’action sociale en faveur des personnes âgées et handicapées, l’aide sociale à l’enfance et la santé.
Au sein de la DASES, l’observatoire social met en place avec l’Atelier parisien d’urbanisme (APUR) une base de données partagées et suit des études spécifiques pour aider à la prise de décision dans les champs des politiques
sociales de la collectivité.

Les missions du/de la stagiaire
Placé(e) auprès de la responsable des études et de l’observatoire social, le/la stagiaire aura pour mission d’élaborer des portraits sociaux d’arrondissement. Il devra pour cela traiter et analyser les données et informations mises à sa disposition.
Deux types de production sont attendus :
· Construire un tableau de bord sur la base d’indicateurs à déterminer afin de pouvoir comparer les arrondissements entre eux et repérer les spécificités sociales de chacun des arrondissements

· Modéliser une trame de portrait social (choix des données, des cartographies, des types d’analyse) et
dresser un portrait social pour 5 arrondissements pilotes.
Le / la stagiaire travaillera en lien étroit avec la responsbale des études de la DASES et les services associés à l’élaboration de ces portraits sociaux, et participera aux réunions de travail avec l’APUR.
Il/elle sera associé(e) aux travaux de l’observatoire parisien de l’insertion et de la lutte contre l’exclusion.

Qualités requises pour le stage
· Maîtrise des outils informatiques Excel et Word afin d’être en capacité d’élaborer des croisements de données pertinents et produire tableaux et graphiques utiles à la compréhension des problématiques sociales sur un territoire donné. La maîtrise d’un logiciel de cartographie serait un atout supplémentaire
· Très bonnes capacités d’analyse et de rédaction
· Esprit d’initiative, capacité de travail en équipe
· Atout supplémentaire : intérêt pour les politiques sociales

Profil : Bac+3 minimum
Formation : Sciences économiques et sociales – Démographe – Statisticien – Sciences politiques
Référent du /de la stagiaire : Mélanie RIDEL, Responsable des études et de l’Observatoire social
Mail : melanie.ridel@paris.fr
Téléphone : 01 43 47 70 81
Lieu du stage : DASES, 94-96 quai de la Rapée 75012 Paris
Durée du stage : Compris entre 3 et 4 mois (préciser les disponibilités dans la lettre de candidature)
Rémunération et avantages : Le stagiaire bénéficiera d’une gratification de stage équivalente à 30% du SMIC mensuel.
Il aura également accès aux restaurants administratifs de la collectivité ainsi qu’à certains équipements de la collectivité à des tarifs préférentiels ou gratuits (piscines, musées…).

Offre de stage niveau master au CNRS

En lien avec l’INSHS, la délégation Paris A du CNRS souhaite effectuer une étude sur les contrats de recherche effectués par des laboratoires SHS.

L’idée générale étant d’analyser les types de partenariat développés selon les domaines relevant des Sciences Humaines  et Sociales.

Cette étude fera l’objet d’un stage pour un étudiant en master de sociologie.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Monsieur Franck CHARRON, responsable du Service du Partenariat et de la Valorisation du CNRS Délégation Paris A, 27 rue Paul Bert 94204 Ivry-sur-Seine cedex. Tel : 33-1-49-60-40-21. E-mail :  franck.charron@dr1.cnrs.fr. Web : www.dr1.cnrs.fr

Offre de stage de recherche niveau master à EDF R&D

Le conditionnement du confort des personnes viellissantes. Une enquête de terrain.

EDF R&D – GRETS

Contexte du stage :

Le stage se déroule au sein du Groupe de Recherche Énergie Technologie et Société (GRETS) qui est une équipe de 20 chercheurs en sciences humaines et sociales au sein de la Recherche et Développement de EDF. Il s’inscrit dans une recherche en partenariat initiée par le Centre européen et laboratoire de recherche sur l’efficacité énergétique (ECLEER) dont fait partie EDF R&D (avec l’Ecole des Mines de Paris et l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne).

ECLEER a fait de la thématique « Demande en énergie et dynamiques de la consommation » l’une de ses quatre priorités de recherche. Pour cela, il s’est associé au Conseil de la recherche britannique (RCUK) pour lancer un appel à projets intitulé : ‘People, Energy and Buildings’. Cinq projets émanant d’universités britanniques ont été sélectionnés.

La proposition de stage s’inscrit dans l’un d’entre eux, conduit en partenariat par le GRETS et l’université de Manchester (Manchester Architecture Research Center). Cette recherche porte sur les implications du vieillissement des populations sur la consommation d’énergie, en examinant le « confort thermique » construit par et pour ces populations (voir le site web du projet :http://www.sed.manchester.ac.uk/research/marc/research/projects/conditioning/index.htm). La recherche se fonde sur une série de monographies de différentes « configurations socio-techniques » du confort thermique en France et en Grande-Bretagne.

Objet du stage :

L’objet du stage est de réaliser l’une des monographies qui serviront de base à la recherche. Il s’agit donc de réaliser une enquête qualitative auprès de personnes âgées et auprès des différents intermédiaires qui contribuent à façonner le confort de ces personnes. Le terrain d’enquête précis reste à définir (il pourra s’agir par exemple de jeunes retraités en double habitat ; de jeunes retraités en maison individuelle ; d’une résidence avec services pour seniors ; ou encore d’une maison de retraite).

Le ou la stagiaire devra prendre en charge les tâches suivantes :

– Revue de la littérature pertinente en amont
– Préparation du terrain (négociation des accès, rédaction des guides d’entretien et d’observation)
– Passation des entretiens
– Mise à plat et analyse
– Rédaction de la monographie

– Il ou elle sera conseillé et soutenu dans ce travail par une chercheure du GRETS en charge du projet (Catherine Grandclément).

Ce stage offre l’occasion de réaliser une enquête sociologique de bout en bout dans le cadre d’un projet de recherche académique international. En outre, le ou la stagiaire sera intégré à une équipe de recherche en entreprise, permettant de se familiariser avec les attendus et les pratiques propres à cette pratique de la recherche. Il est également l’occasion de développer ses connaissances sur les problématiques énergétiques contemporaines et sur le vieillissement, ainsi que d’appréhender la littérature sur les usages de l’énergie.

Ce stage est adapté à la réalisation d’un mémoire de master en sociologie.

Profil recherché :

Niveau master en sociologie ou anthropologie

Maîtrise des techniques d’enquête qualitative

Autonomie dans la réalisation d’une mission, organisation et esprit de synthèse

Aisance dans la communication orale. Excellentes capacités rédactionnelles

La maîtrise de l’anglais est un atout supplémentaire

Informations pratiques :

Le stage se déroule à Clamart (Hauts de Seine, à 45 minutes de la gare Montparnasse ou de la Porte d’Orléans par les transports en commun). Déplacements possibles (en France) pour la réalisation des entretiens (les frais de transport et d’hébergement sont pris en charge).

Convention de stage obligatoire

Stage de 4 à 5 mois.

Démarrage : dès que possible à partir du 3 mai.

Indemnité de stage : de 760 à 990 € bruts mensuels selon niveau de diplôme et expérience + 50% de la carte orange

Modalités de candidature :

Candidatures (CV, lettre de motivation et un exemple de document rédigé récemment : mémoire, fiche de lecture…) à adresser avant le 14 avril 2011 à Catherine Grandclément (catherine.grandclement@edf.fr).

Les candidats retenus sur dossier seront ensuite reçus en entretien.