Interview de Florent Champy à l’occasion de la parution de « La Sociologie des professions »

4e la socio des professionsBonjour Florent Champy, vous venez de faire paraître La Sociologie des professions aux Presses Universitaires de France. On pourrait écrire un tel ouvrage en se contentant de résumer les principaux travaux existants dans ce domaine. Or, si vous procédez bien à une présentation de la sociologie des professions depuis ses origines chez les fonctionnalistes anglo-saxons dans les années 1920 jusqu’à nos jours, vous vous donnez également pour objectif de reconstruire les professions comme objet sociologique. Pourquoi était-ce nécessaire ?

Florent Champy : La conception des professions qui domine actuellement la recherche sociologique date des années 1950, quand les interactionnistes de la deuxième Ecole de Chicago ont entrepris de critiquer systématiquement la sociologie fonctionnaliste alors dominante, et de lui substituer une approche très différente des phénomènes sociaux. Selon la définition que les fonctionnalistes en ont donnée, seuls les métiers prenant en charge des activités qui supposent la maîtrise de savoirs de haut niveau sont des professions. Mais les interactionnistes ont fait remarquer que des métiers qui ne sont pas considérés comme des professions utilisent aussi des savoirs qui peuvent être ésotériques, à l’instar des plombiers, par exemple. Ils affirment donc qu’il n’y a pas de différence entre le travail des professions, au sens des fonctionnalistes, et celui d’autres métiers. Il y a donc une antinomie entre les deux théories, sur la question de la spécificité des professions. Il y en a d’autres. Pour les fonctionnalistes, les statuts des professions qui bénéficient de protections, comme le monopole d’exercice de la médecine ou, dans une moindre mesure, la protection d’un titre, découlent des spécificités du travail. Mais pour les interactionnistes, dès lors que ces spécificités n’existent pas, les protections ne peuvent être que contingentes : elles sont le résultat d’un processus où les rapports de force et la chance ont joué un grand rôle. De façon générale, la critique du fonctionnalisme par les interactionniste est indépassable, et il serait donc absurde de vouloir revenir au fonctionnalisme. Mais pour autant, l’interactionnisme rencontre à nouveau des limites. Est-on bien sûr qu’il n’y a pas de différence dans le travail de tous les métiers, et qu’il soit toujours fécond de l’étudier de la même façon ? En fait non : les indices abondent que certains métiers ont des caractéristiques, qu’ils partagent, et qui les distinguent d’autres activités. Par exemple, leur activité se prête particulièrement à la politisation, c’est-à-dire à des débats publics, à des combats entre professionnels pour imposer leurs conceptions, diverses, de ce que devraient être les bonnes pratiques : qu’on pense aux débats sur l’acharnement thérapeutique, sur les évolutions urbaines ou encore sur les droits de la défense pour ce qui concerne la justice. Ils n’ont pas d’équivalents dans de nombreuses activités purement techniques. On pourrait citer d’autres différences. Ce qui est important, c’est que le présupposé consistant à étudier de la même façon tous les métiers, novateur il y a cinquante ans et fécond pendant de nombreuses années, est aujourd’hui un obstacle à la recherche. C’est ce constat qui a motivé la rédaction de l’ouvrage : mes objectifs étaient de présenter un bilan critique systématique des théoriques existantes et, sur la base de ce bilan, d’esquisser des solutions pour sortir des apories auxquelles la sociologie actuelle est confrontée.

Votre raisonnement fait appel à  des ressources philosophiques. Comment Aristote intervient-il dans la controverse entre les fonctionnalistes et les interactionnistes, ou plus généralement les sociologies critiques ?

FC : Aristote a forgé le concept de prudence, qui permet d’enfoncer un coin dans l’antinomie de la spécificité. Les fonctionnalistes ont affirmé que la pratique professionnelle, notamment celle des médecins, s’appuie de plus en plus sur la science. Les interactionnistes ont eu beau jeu de mettre à mal cette affirmation, par exemple en insistant sur la variabilité des pratiques médicales pour des cas relevant du même diagnostic. Et ils en ont déduit que les professions ne diffèrent pas d’autres métiers. Or, le concept de prudence permet de sortir de l’alternative entre dire que le travail professionnel est une application de la science et dire qu’il n’a aucune spécificité. En effet, Aristote a forgé ce concept pour décrire une forme de connaissance et d’action requise quand la science est mise en défaut. Face à des problèmes d’une grande singularité et d’une grande complexité les énoncés scientifiques universaux sont de peu de secours car ce qui est singulier et complexe ne peut pas y être réduit. C’est dans ces situations que la prudence est mise en œuvre. Elle consiste notamment à explorer le réel selon une démarche qui ne peut pas être formalisée, et à faire des conjectures. Elle nécessite donc de la réflexivité. Or, c’est précisément ce que font les médecins (quand les diagnostics sont incertains et que les traitements doivent être adaptés à chaque patient), les enseignants (car la transmission des connaissances n’a rien d’automatique), les magistrats (qui font certes rentrer des cas particuliers dans des catégories juridiques générales, mais en individualisant les peines), les architectes, les avocats, etc. D’où l’idée, après avoir abandonné la définition fonctionnaliste des professions, de décrire un nouvel objet : les professions à pratique prudentielle. L’idée n’est d’ailleurs pas vraiment originale : Aristote avait déjà pris la médecine en exemple et, plus récemment, Ricœur s’est aussi intéressé au jugement prudentiel des médecins et des magistrats. Mais vue depuis la sociologie des professions, il s’agit d’une innovation éclaire d’assez nombreuses questions sociologiques : par exemple, quand on saisit ce qu’est la prudence, on comprend mieux pourquoi l’activité des professions à pratique prudentielle est intrinsèquement politique. Plus généralement, en se donnant un objet cohérent, on se donne ipso facto la possibilité de revisiter toute une série de thèmes de la sociologie des professions, pour lesquels cet objet a des propriétés assez originales : engagement mais aussi segmentation, structuration des marchés de la commande, débats intraprofessionnels, poids des appartenances extraprofessionnelles, notamment politiques et religieuses, dans la conduite du travail, etc.

– Le livre s’ouvre et se referme en mentionnant les menaces que court actuellement l’autonomie des professions. Quelles sont ces menaces et de quelle manière le sociologue peut-il se prononcer à leur sujet ?

FC : Ces menaces sont de plusieurs ordres : culturelles, institutionnelles, économiques. De façon générale, les sociologues sont d’accord pour constater une perte de confiance et de prestige des professions. Leurs clients et les citoyens sont moins disposés qu’il y a 30 ou 40 ans à déléguer à des professionnels l’ensemble des décisions qui les concernent. La hausse du niveau général d’éducation, l’accès à l’information facilité par exemple par internet rendent compte en partie de ces évolutions. Des scandales qui ont touché des professions aussi : leur autorité est contestée, ce qui n’est sans doute pas un mal. Mais le recul de l’autorité et du prestige ont aussi eu un effet inattendu. A partir des années 1980 environ, des pressions de plus en plus fortes pour l’efficacité sont venues aussi du management et des marchés. Le nouveau management public, dont on commente beaucoup les effets sur les politiques publiques, en a d’aussi lourds sur le travail professionnel : l’obligation de rendre des comptes (qui serait une bonne chose en soi si les critères d’évaluation du travail étaient pertinents), l’individualisation des parcours, le contrôle à distance. Enfin, l’autonomie professionnelle est remise en question par la bureaucratisation des contextes de travail : des contraintes de travail de plus en plus lourdes entravent les réflexions inhérentes à toute activité prudentielle. L’ensemble de ces menaces tiennent une place capitale dans le livre, même si je n’en traite pas systématiquement, ce qui sera l’objet d’autres recherches. D’abord elles sont intéressantes en soi, et leur importance ressort bien dès lors que l’on a identifié que l’enjeu est la place de la prudence, c’est-à-dire d’une certaine forme de connaissance et d’action, dans nos sociétés. De plus, ces menaces ont constitué une incitation forte à faire le travail de reconstruction de la sociologie des professions que ce livre présente. En effet une des faiblesses des sociologies actuelles est qu’elles sont prises à contrepied par les évolutions des professions : faute d’accepter l’idée qu’il puisse y avoir une spécificité de certaines professions, les sociologies critiques ne sont pas en mesure de saisir l’enjeu que constituent les entorses à l’autonomie professionnelle.

– Dans quelle(s) direction(s) poursuivez-vous maintenant vos recherches ?

Photo Florent Champy 1FC : Je dois d’abord terminer un programme de publications à partir de mes réflexions théoriques sur les professions, avec notamment la publication en octobre 2010 d’un livre qui présentera plus systématiquement, à partir d’un cas étudié en profondeur, la théorie visant à résoudre les difficultés que j’ai identifiées dans le manuel, et ses implications. Puis je continuerai sur les professions, de façon un peu moins théorique cependant, en me focalisant sur cette question des menaces qui pèsent sur l’autonomie professionnelle, car les enjeux sociologiques et politiques sont considérables. Sur ce thème, je pense qu’il y a matière à un gros travail collectif, avec des sociologues de la médecine, du droit, de l’éducation, etc. Le récent mouvement des chercheurs aidera sans doute à faire saisir l’urgence d’une telle réflexion : en effet, la conception de la recherche contre laquelle de nombreux enseignants, chercheurs et étudiants se sont mobilisés récemment n’est qu’une expression d’une conception générale de l’organisation du travail qui laisse bien peu de place à la réflexion. Ma conviction est que l’on comprendra mieux les choses en les considérant dans leur globalité. Mais il s’agira d’une réflexion purement sociologique. En effet, quelle que soit la sympathie que j’ai pour le mouvement des chercheurs, auquel j’ai participé, je pense qu’il est dangereux de trop mélanger débats politiques et réflexions scientifiques. Ils peuvent et doivent s’inter-féconder, mais chaque registre de réflexion doit garder une identité très claire, faute de quoi on affaiblit aussi notre activité en brouillant son identité qui, comme Max Weber l’a exprimé dans sa conférence sur le métier et la vocation de savant, repose en grande partie sur le refus de ce mélange des genres. Et pour finir, je mentionnerai rapidement un autre projet. Après toutes ces années consacrées aux professions, j’ai envie de diversifier mes activités et d’aborder un thème nouveau. Je lance donc parallèlement une réflexion, inspirée notamment de sociologie des sciences et des institutions, sur le principe de précaution. Il est cependant un peu trop tôt pour expliquer ici ce dont il s’agira.

Interview réalisée par Cyprien Tasset


cyprien tasset

Doctorant en sociologie à l’EHESS (au GSPM, équipe de recherche du Centre Marcel Mauss), je travaille au site du Master dans le cadre de mon monitorat.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *