Ciryl Lemieux

Interview de Cyril Lemieux à l’occasion de la parution de « Le Devoir et la grâce »

Cyril Lemieux
Cyril Lemieux (Crédit photographique: Cyprien Tasset)

Trois questions à Cyril Lemieux (maître de conférences à l’EHESS, membre du GSPM – Institut Marcel Mauss) à l’occasion de la parution de son ouvrage Le devoir et la grâce

Vous êtes entré en sociologie par un travail d’enquête sur les fautes professionnelles en journalisme (Mauvaise Presse, Métaillié, 2000). Aujourd’hui, avec Le Devoir et la grâce, vous travaillez sur l’épistémologie, la méthode et le rapport à la critique des sciences sociales. Comment avez-vous rencontré ces questions ?

Cyril Lemieux : Ce livre est le prolongement des enquêtes de terrain que j’ai entreprises depuis le début des années 1990, alors que je commençais ma thèse de sociologie à l’EHESS. Dans cette thèse, je cherchais à expliquer les processus sociaux qui mènent un grand nombre de journalistes, aujourd’hui en France, à enfreindre régulièrement leur morale professionnelle. Des questions très simples et très pratiques se posaient à moi, comme elles se posent, je crois, à tous les apprentis-chercheurs : comment ne pas imputer aux acteurs qu’on étudie des croyances ou des raisonnements qui ne sont pas les leurs ? Qu’est-ce qu’il importe le plus de décrire lorsqu’on observe une situation sociale ? Quel rapport peut-on établir entre ce qu’on observe in situ et des données macrosociologiques ? Dans quelle mesure et de quelle façon le sociologue peut-il se permettre de critiquer les pratiques de acteurs qu’il étudie ? A ces questions, le courant sociologique dans lequel j’étais en train de me former, qu’il est convenu aujourd’hui d’appeler la « sociologie pragmatique », apportait un certain nombre de réponses originales, mais parfois un peu déroutantes. J’ai essayé, dans ma thèse, de mettre en pratique certaines de ces réponses puis, devenu maître de conférences à l’EHESS, de les approfondir et de les systématiser, notamment dans le séminaire que j’ai donné en 2003-2005 [http://www.archivesaudiovisuelles.fr/343/]. L’ouvrage Le devoir et la grâce est le fruit de ces réflexions. Il condense en somme une expérience de près de vingt ans de recherche. C’est moins la mienne propre que celle de la communauté de chercheurs au sein de laquelle j’ai été formé, même si ce que j’avance dans le livre n’engage, évidemment, que moi.

La question de l’universalisme est au coeur du livre ; quel est son enjeu et par quelles méthodes les sciences sociales peuvent-elles défendre leur prétention à l’universel ?

C. L. : On assiste aujourd’hui à la montée en puissance institutionnelle d’un complexe scientifique assis sur la micro-économie, les sciences cognitives et les théories évolutionnistes d’inspiration néo-darwinienne. Ce complexe a indéniablement sa cohérence épistémologique mais elle n’est pas celle des trois disciplines qui constituent, comme l’a suggéré Jean-Claude Passeron, le cœur des sciences sociales, à savoir l’anthropologie, l’histoire et la sociologie. Or, ces trois disciplines paraissent assez démunies face à cette offensive des sciences cognitives et de la micro-économie. Mon argument est qu’elles se sont affaiblies elles-mêmes le jour où elles ont restreint leur tâche à l’étude du local, du micro et des variations culturelles, et qu’elles ont cru que le relativisme socio-historique était leur « fin mot » et leur marque de fabrique (comme on le voit notamment dans les courants déconstructionnistes aujourd’hui si prisés). Ce « programme faible » des sciences sociales laisse le champ libre aux sciences de la vie pour s’ériger en seuls et authentiques garants de l’universalisme. Je plaide pour le retour à un « programme fort » en sciences sociales, un programme qui se donne pour tâche non seulement de rendre compte des particularismes et des spécificités de toutes sortes entre les sociétés et les groupes humains mais encore, et indissociablement, de ce qui, à travers ces différences, fait l’unité du genre humain. Un tel programme a existé dans les années 1960 avec le structuralisme et certaines formes de positivisme. La génération de chercheurs à laquelle j’appartiens, a appris son métier à travers la critique, à de nombreux égards très justifiée, de ces courants. C’est pourquoi elle est aujourd’hui bien placée, me semble-t-il, pour renouer avec l’ambition universaliste du structuralisme, sans pour autant en adopter les travers et les outrances. C’est la voie que j’explore dans ce livre. La proposition que je fais, et qui n’est naturellement pas la seule envisageable, consiste à plaider pour ce que j’appelle l’« analyse grammaticale de l’action ». J’entends par là le fait d’appréhender toute action humaine sous l’angle de son rapport à des règles. J’essaie de montrer en quoi cette façon d’entrer dans la réalité sociale permet de développer un « programme fort » en sciences sociales qui, par sa perspective résolument universaliste, conduit à apprécier à la hausse le pouvoir de compréhension de ces sciences mais aussi leurs capacités prédictives et leur droit à formuler des critiques politiques.

Dans quelle(s) direction(s) poursuivez-vous maintenant vos recherches?

C. L. : Je retourne à l’enquête de terrain, qui est le cœur et le moteur de la sociologie, et qu’au demeurant, je n’ai jamais réellement quitté. Comme le disait Max Weber, « une science ne se laisse fonder et ses méthodes ne progressent qu’en soulevant et en résolvant des problèmes qui se rapportent à des faits », de sorte, ajoutait-il, que « jamais encore les spéculations purement épistémologiques et méthodologiques n’y ont joué un rôle décisif ». Cela signifie, pour moi, qu’évaluer les propositions que j’avance dans Le devoir et la grâce, et le « programme fort » que j’y esquisse, nécessite de tenter de les mettre en œuvre, et sans doute de les rectifier partiellement, à travers des enquêtes de terrain, que ce soit les miennes ou celles d’autres chercheurs que cela peut intéresser. Dans cette optique, je suis investi actuellement dans deux enquêtes : d’une part, je travaille, depuis plusieurs années, sur le dopage dans le cyclisme professionnel ; d’autre part, j’ai organisé de 2006 à 2009 un stage de terrain en Bretagne, avec quatre promotions successives d’étudiants du Master de sociologie de l’EHESS, autour de la question des controverses environnementales liées aux pratiques d’élevage intensif [ http://semioweb.msh-paris.fr/corpus/aar/1557/presentation.asp ]. Je n’abandonne pas non plus la question du journalisme et des médias : paraîtra en 2010, aux éditions de l’EHESS, un ouvrage que j’ai dirigé sur la question du rôle qui revient aujourd’hui à l’individualité et à la subjectivité dans les univers de production de l’information. Le point commun entre ces différentes recherches empiriques est la question, à laquelle je consacre mon séminaire depuis trois ans [http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2009/ue/646/ ], de l’évolution, aujourd’hui en France, des rapports de domination et des techniques de pouvoir, question que j’envisage, cela ne vous surprendra pas, à partir d’une analyse grammaticale de l’action.

arton895-262d0

Pour une discussion de l’ouvrage Le devoir et la grâce :

http://www.laviedesidees.fr/Peut-on-refaire-le-monde-avec-des.html

Et la réponse de Cyril Lemieux :

http://www.laviedesidees.fr/Penser-la-regularite-de-la-vie.html

Interview réalisée par Cyprien Tasset


cyprien tasset

Doctorant en sociologie à l’EHESS (au GSPM, équipe de recherche du Centre Marcel Mauss), je travaille au site du Master dans le cadre de mon monitorat.

More Posts

3 réflexions sur « Interview de Cyril Lemieux à l’occasion de la parution de « Le Devoir et la grâce » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *