Saisir et interpréter le travail de sélection des manuscrits dans l’édition littéraire

Lilas Bass est étudiante au sein de la mention GPS du Master de sociologie . Elle propose ici un retour sur un texte préalablement discuté dans le cadre d’un atelier d’analyse de matériaux animé dans le cadre du séminaire « De l’enquête au texte ». Par le recours à des matériaux originaux, issus de cartographies ou de dispositifs de comptage, Lilas objective des formes de division du travail à partir d’une étude fine de l’organisation spatiale des activités dans une grande entreprise d’édition. 

*             *

*

Face au paradoxe d’une pratique d’écriture (et de lecture) majoritaire chez les femmes et d’un moindre accès des femmes à la publication littéraire[1], j’ai souhaité remettre en cause l’idée « romantique » selon laquelle « le talent n’a pas de sexe », et m’inscrire dans la tradition en sociologie de l’art qui consiste à saisir les leviers sociologiques et historiques de construction de la valeur littéraire.

Pour déplacer le regard et ne pas me focaliser sur le travail artistique à proprement parler (la question ayant déjà été abondamment traitée dans des travaux antérieurs[2]), je me suis demandé si les premières instances de légitimation littéraire (les maisons d’édition) n’étaient pas le lieu premier de constitution d’une valeur littéraire genrée.

Le présent travail propose plus particulièrement de rendre compte précisément des pratiques de sélection des manuscrits au sein des maisons d’édition littéraire, et à ce titre d’étudier, grâce aux outils développés par la sociologie du travail, l’ensemble des pratiques professionnelles, des réseaux de sociabilité et de toutes les « conventions »[3] professionnelles qui concourent à déterminer ce qui constitue la « valeur » en littérature française contemporaine. En d’autres termes : quels sont les acteurs impliqués dans la sélection des manuscrits ? Quel est le poids relatif de chacun de ces acteurs dans le processus décisionnel de publication ? Comment procèdent-ils pour sélectionner les manuscrits ?

Pour des raisons de facilité dans l’accès au terrain, j’ai principalement réalisé mon enquête au sein du département « Littérature » des éditions du Seuil. Dans le paysage éditorial français, le Seuil fait partie des maisons d’édition historiquement très installées, au « capital symbolique »[4] très important (aux côtés de Gallimard et Flammarion). Les éditions du Seuil se distinguent donc par leur taille en termes de chiffre d’affaire et de nombre d’employés d’une part et la qualité reconnue de leur catalogue d’autre part. J’ai enquêté plusieurs semaines auprès de la responsable du service des manuscrits[5] dans une démarche d’observation ethnographique, pour tenter de saisir son travail au quotidien. Ma présence sur les lieux m’a par ailleurs permis de me familiariser avec l’ensemble de l’aile « Littérature » et de réaliser des entretiens avec les éditeurs.trices et des assistant.e.s de ce département.

L’atelier « Analyse de matériau d’enquête » mis en place au sein du séminaire « De l’enquête au texte sociologique » a été pour moi l’occasion de questionner les outils d’observation développés tout au long de mon enquête pour tenter de saisir le travail de tri et de sélection des manuscrits opéré par la chargée du service des manuscrits, mais aussi pour objectiver la division du travail au sein du département « littérature » et le poids relatif de chacun des acteurs dans le processus décisionnel de publication.

Saisir le travail en train de se faire : déconstruire les discours vocationnels 

Durant les entretiens, j’ai rapidement été confrontée à l’opacité des discours vocationnels ou métaphoriques, qui me laissaient peu de prises pour tenter de décortiquer le travail de sélection des manuscrits dans ce qu’il a de plus concret. Aussi, lors du premier entretien réalisé auprès de la chargée des manuscrits des éditions du Seuil, celle-ci mobilise-t-elle des métaphores pour me parler de ses tâches quotidiennes :

[>Question]: Et donc concrètement ça consiste en quoi le tri de manuscrits ?

Anne[6] : […] Les beaux manuscrits sont un peu des pépites… C’est un travail d’orpailleur, l’orpailleur écume les fonds de rivière, il brasse du sable, il le passe au tamis… Il sait qu’il va trouver des pépites d’or, mais il ne sait jamais à quoi elles vont ressembler ces pépites.

Par ailleurs, j’ai été étonnée de constater au cours de mon enquête que rares étaient les travailleurs qui considéraient la lecture des manuscrits comme relevant d’une « tâche » ou d’un travail : la plupart des « lectures » (comme elles sont nommées par les acteurs) s’effectuent en effet en dehors du lieu de travail. Comment alors réussir à penser les tâches effectuées par les fabricant.e.s du livre quand eux-mêmes refusent à se donner à voir comme des travailleurs « comme les autres » ?

A l’instar de Donald Roy qui à partir des années 1940[7] développe des outils de comptage et de séquençage des activités pour tenter de saisir les activités des ouvriers d’une usine métallurgique de la banlieue de Chicago, j’ai donc décidé, afin de réussir à saisir au plus près le travail de mon enquêtée, d’observer et de chronométrer ses activités durant deux heures trente (le lundi matin de 10h30 à 13h). Ce comptage m’a ensuite conduite à catégoriser divers « temps d’activité » afin de déterminer quelles sont les tâches effectuées par la responsable des manuscrits et combien de temps elle consacre à chacune de ces tâches. Pour cela, j’ai rassemblé les tâches qui se ressemblaient et j’ai créé une base de données sous Excel avec les différentes activités et les temps de travail associés.

Illustration 1 : Extrait base de données « séquençage du temps de travail de la chargée des manuscrits » (clique droit et « ouvrir dans un nouvel onglet » pour agrandir)

Illustration 1

Il s’est alors avéré qu’en dépit d’un discours très métaphorique sur le contenu de ses activités quotidiennes, la responsable du service des manuscrits des éditions du Seuil avait consacré, sur 2h30 de temps de travail, environ 49 minutes à lire réellement les manuscrits contre 45 minutes à réaliser des tâches administratives (j’ai rangé dans cette catégorie : l’ouverture des enveloppes de manuscrits, le déplacement des manuscrits qui n’appartiennent pas à son service, la rentrée des informations sur l’envoyeur dans la base de données de la maison, l’impression et l’annotation des fiches qui serviront de support pour rédiger les lettres de refus). Le reste du temps d’activité durant ces 2h30 a été consacré à la discussion avec d’autres collègues, à la correction d’une fiche de lecture qu’elle avait réalisée (16 minutes), à des déplacements divers (préparation d’un thé, toilettes). Autrement dit, sur ce temps d’observation et de séquençage des activités de 2h30, elle a consacré 33% de son temps de travail à la lecture, 30% à réaliser des tâches administratives et 11% à la production d’un jugement esthétique. Son travail semble donc gouverné par deux choses : la lecture des manuscrits et les tâches administratives relatives au tri et au classement de ces manuscrits.

Le séquençage de ces activités m’a par la suite permis de comprendre le poids très relatif de cette enquêtée au sein du comité de lecture : la plupart des manuscrits en effet n’arrive pas par la poste et échappe entièrement à la lecture et au jugement de la chargée des manuscrits. Les manuscrits qui seront débattus en comité, et à plus forte raison publiés, entrent dans la maison d’édition par le biais de réseaux informels (cercles d’affinités électives ou réseaux non institutionnalisés auxquels les éditeurs prennent part). C’est en effet ce que m’apprennent les enquêtés :

[>Question]: Mais du coup la plupart du temps, les manuscrits publiés ne passent pas par le service des manuscrits en fait ? […]

Thierry[8] : Exactement. Il est assez rare en définitive que je m’occupe d’un manuscrit qui soit arrivé par la poste. Et on en publie très très peu. On en publie hein, on en publie, et c’est pour ça qu’il faut éplucher tout ce qui arrive quoi. Moi souvent j’en reçois beaucoup et cela ils viennent à moi nominalement, parce qu’au service des manuscrits ce sont des manuscrits qui n’arrivent pas nominalement, ils s’adressent aux éditions du Seuil. Si c’est écrit [Donne son nom], c’est moi qui ouvre les enveloppes.

[>Question]: Du coup c’est gens que vous connaissez un petit peu à la base ?

Thierry : ça peut être ou bien des gens que je ne connais pas mais qui eux me connaissent, ou bien en effet des auteurs que je connais, que j’ai suivis d’une manière ou d’une autre, avec qui j’ai été en contact, de qui j’ai publié une nouvelle dans la NRF ou bien que j’ai rencontrés à un Salon du Livre ou dont un autre auteur leur a dit du bien de moi, etc, tous ces nombreux systèmes d’accointances. Parce que ce monde littéraire n’est pas si vaste en réalité. Et les gens se connaissent assez facilement.

On comprend alors que la chargée des manuscrits ne consacre que 2 minutes 30 en moyenne à la lecture d’un manuscrit arrivé par la poste d’une part et que son poids au sein du service des manuscrits est relativement limité d’autre part :

Anne : Je n’aime pas aller en comité, il y a une mauvaise ambiance. Au Seuil c’est particulièrement… Toutes les voix ne se valent pas, c’est pas tout à fait démocratique le comité. Par exemple ma voix… Enfin personne n’aime ce comité. Les autres comités c’est pas pareil, là même si un livre est bien il ne sera pas forcément publié.

Enquêtrice : ça dépend d’autre chose que de la qualité du manuscrit…

Anne : Oui, c’est ça, il y a d’autres enjeux de pouvoir. Moi je fais les compte-rendus et voilà hein…

La mise en place d’un dispositif de comptage et de séquençage des activités de la chargée des manuscrits des éditions du Seuil m’a ainsi permis d’objectiver son rôle très relatif dans le processus décisionnel de publication et surtout de questionner plus généralement l’illusion d’un traitement égalitaire des manuscrits qui en effet ne tient plus dès que l’on s’attarde plus généralement sur le circuit opéré par les manuscrits effectivement publiés.

Objectiver la division du travail et la répartition du prestige par l’appréhension de l’organisation spatiale

Ma présence dans le bureau de la chargée des manuscrits m’a donné l’occasion d’étendre l’étude à l’ensemble du service pour saisir plus concrètement le rôle de chacun.e des acteurs dans le processus décisionnel de publication. A nouveau confrontée à des discours opaques quant aux tâches effectuées par les acteurs et à leur implication dans le comité de lecture, j’ai choisi de réaliser un plan de l’aile « Littérature » des éditions du Seuil afin de réussir à objectiver d’une part la division du travail et d’autre part la répartition du prestige.

En effet, face au refus de la direction de fournir au comité d’entreprise un organigramme de l’entreprise, j’ai réalisé (à la main et sans mètre) un plan de l’aile « Littérature » qui rend compte de la taille des bureaux, de leur disposition et du mobilier présent dans chacun des bureaux. J’ai donc arpenté plusieurs heures durant le couloir principal de l’aile « littérature », en retranscrivant dans mon carnet de recherche le mobilier présent dans chaque bureau, mais aussi la taille du bureau et du mobilier. Si ce plan m’a permis d’objectiver plus facilement la place de chacun.e des enquêté.e.s dans l’organigramme et le prestige associé à ces places, sa réalisation comporte cependant un certain nombre de biais à prendre en compte : deux portes étaient toujours closes d’une part, ce qui m’a empêchée de faire l’inventaire du mobilier pour ces deux bureaux ; et d’autre part il ne rend pas compte de l’ensemble des prestataires qui ne possèdent pas de bureau au Seuil mais demeurent malgré cela largement sollicités pour ce qui concerne à la fois les décisions de publication et la mise en livre de manière générale (c’est le cas par exemple des lecteurs.trices, de certains membres du comité de lecture, des éditeurs.trices externes ou de certain.e.s préparateurs.trices de copie).

Illustration 2 : Cartographie de l’aile « Littérature »

cartographie aile littérature anonyme

Légende cartographie aile littérature

La réalisation du plan faite, j’ai pu coder sous Excel les différentes catégories afin d’analyser plus finement la division du travail et la répartition du prestige.

Illustration 3 : Extrait base de données issue du plan de l’aile « Littérature » des éditions du Seuil (clique droit et « ouvrir dans un nouvel onglet » pour agrandir)Illustration 2

Cette base de données m’a permis de réaliser des « tableaux croisés dynamiques » sous Excel et de saisir, par exemple, le degré de prestige associé à chaque poste par la présence d’objets à valeur de « fétiches du prestige » (comme les grandes bibliothèques murales) ou encore de distinguer une singulière « division sexuelle »[9] du travail en termes domaines littéraires, comme l’indique le tableau suivant :

Illustration 4 : Domaine littéraire en fonction du sexe

Illustration 3

Dans les lieux de production d’une littérature d’élite et de prestige, les résultats indiqués par la cartographie m’ont donc permis d’objectiver la division verticale et horizontale du travail, et à ce titre de me rendre rapidement compte que les domaines les plus « prestigieux » (et ici la littérature française contemporaine, comme me l’indiquera la chargée des manuscrits) sont monopolisés par des hommes.

Conclusion : se questionner sur les ressorts et les modalités de production de données d’enquête pour redéfinir le cadrage théorique

Mon passage dans cet atelier d’analyse de matériaux m’a d’abord permis d’expliciter plus précisément les raisons et les modalités de la mise en place de dispositifs ethnographiques pour l’appréhension de mon terrain. Ces questionnements relatifs au « pourquoi » et « comment » saisir le travail en train de se faire, mais aussi les divers retours des étudiant.e.s et de l’enseignant, Romain Juston, m’ont alors amenée à penser la nécessité de présenter d’abord mon terrain dans toutes les tensions qu’il contient déjà en lui-même, en dehors d’abord d’un cadre d’analyse exclusivement de sociologie du genre: rapport au travail et au loisir (« discours vocationnels ») des enquêtés, canaux de circulation des manuscrits, division du travail et carrières, etc. Autrement dit, le « détricotage » des conditions de production de données m’a conduite à laisser une plus grande place à une démarche inductive et à m’affranchir, pour partie, du cadrage théorique qui était à l’origine de ma démarche d’enquête. La réalisation de mon mémoire de master 2 rendra donc compte, en premier lieu, des conditions de constitution de la valeur littéraire au sein de ce département éditorial et ne fera intervenir que dans un deuxième temps le genre comme cadre d’analyse.

Source de l’image en bandeau : http://www.mouv.fr/diffusion-editeur-la-passion-des-livres

Bibliographie

Becker Howard Saul, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988, 379 p.

Bourdieu Pierre, « La production de la croyance: contribution à une économie des biens symboliques », Actes de la recherche en sciences sociales, 1977, vol. 13, no 1, p. 3‑43.

Maruani Margaret et Nicole-Drancourt Chantal, Au Labeur des dames: métiers masculins, emplois féminins, Paris, Syros, 1989, 191 p.

Naudier Delphine, La cause littéraire des femmes. Modes d’accès et modalités de consécration des femmes dans le champ littéraire (1970-1988), Thèse de doctorat, décembre 2000, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

Naudier Delphine, « Les modes d’accès des femmes écrivains au champ littéraire », in Gérard Mauger (dir.) Droits d’entrée. Modalités et conditions d’accès aux univers artistiques, Paris, Éd. De la MSH, 2007, p. 191-214.

Naudier Delphine, « Genre et activité littéraire : les écrivaines francophones », Sociétés contemporaines, 7 juillet 2010, no 78, p. 5‑13.

Roy Donald, Briand Jean-Pierre et Chapoulie Jean-Michel, Un sociologue à l’usine: textes essentiels pour la sociologie du travail, Paris, La Découverte, 2006.

[1]     Delphine Naudier, « Genre et activité littéraire : les écrivaines francophones », Sociétés contemporaines, 7 juillet 2010, no 78, p. 5‑13.

[2]     Voir notamment :  Delphine Naudier, La cause littéraire des femmes. Modes d’accès et modalités de consécration des femmes dans le champ littéraire (1970-1988), Thèse de doctorat, décembre 2000, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales; Delphine Naudier, « Les modes d’accès des femmes écrivains au champ littéraire », in Gérard Mauger (dir.) Droits d’entrée. Modalités et conditions d’accès aux univers artistiques, Paris, Éd. De la MSH, 2007, p. 191-214.

[3]     Howard Saul Becker, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988, 379 p.

[4]     Pierre Bourdieu, « La production de la croyance: contribution à une économie des biens symboliques », Actes de la recherche en sciences sociales, 1977, vol. 13, no 1, p. 3‑43.

[5]     Le service des manuscrits des éditions du Seuil comprend une salariée (et un stagiaire). Ce service réceptionne, ouvre et tri les manuscrits envoyés par la poste et par la suite envoie des lettres de refus de façon systématique aux envoyeurs. La chargée des manuscrits siège par ailleurs au comité de lecture au sein duquel sont présentés et débattus des projets de publication.

[6]     F, 54 ans, responsable du service des manuscrits, département « littérature », Seuil, bac+5 IEP, Aix-en-Provence, en poste depuis 25 ans.

[7]     Donald Roy, Jean-Pierre Briand et Jean-Michel Chapoulie, Un sociologue à l’usine: textes essentiels pour la sociologie du travail, Paris, La Découverte, 2006.

[8]     H, 64 ans, éditeur et membre du comité de lecture, Collection « Cadre Rouge », Seuil, Bac+5 Lettres, Tours, en poste depuis 18 ans.

[9]     Margaret Maruani et Chantal Nicole-Drancourt, Au Labeur des dames: métiers masculins, emplois féminins, Paris, Syros, 1989, 191 p.


Romain Juston

Docteur en sociologie, membre du laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS). ATER à l'EHESS

More Posts

Follow Me:
Twitter

2 réflexions au sujet de « Saisir et interpréter le travail de sélection des manuscrits dans l’édition littéraire »

  1. Bravo pour votre travail et merci beaucoup pour ce billet très instructif ! Mon domaine d’histoire du livre est plutôt l’époque moderne et je suis donc peu familier de l’édition contemporaine — je serais curieux de savoir si vos observations sont spécifiques au Seuil ou s’il y a là des comparaisons possibles avec d’autres maisons.

    1. Merci beaucoup pour votre commentaire. J’ai pour le moment principalement situé mon enquête aux éditions du Seuil, ces observations sont donc propres à cette maison. Néanmoins grâce aux entretiens avec d’autres éditeurs.trices d’autres maisons, il semblerait que ce modèle soit assez partagé, en tout cas dans l’édition consacrée. Je poursuis un travail en thèse à partir de septembre dans lequel je poursuivrai des ethnographies dans d’autres maisons. Si cela vous intéresse, je serais ravie de pouvoir échanger avec vous sur ces travaux et sur les vôtres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *