En terrain familier. La proximité comme ressource pour l’enquête et comme source de transformations de l’enquêteur.

Lou Viger est étudiante en Master 2 de sociologie générale à l’EHESS. Elle nous propose ici une réflexion sur l’enquête qu’elle mène sur un site marqué par la présence d’une centrale nucléaire, à Flamanville dans le Cotentin. La relative proximité de l’enquêtrice avec son terrain permet de mettre en lumière des aspects spécifiques du terrain, tout en interrogeant à rebours la socialisation de l’enquêtrice aux enjeux et aux riques des énergies nucléaires.


 

« J’étais parti pour le Brésil parce que je voulais devenir ethnologue»1

Lorsque Claude Lévi-Strauss décide de franchir le pas de l’ethnologie, il commence par faire un long voyage. A l’affût du dépaysement, l’ethnologue abandonne sa zone de confort et se projette dans un environnement lointain, le plus à même de lui faire éprouver l’altérité́.

Sans aller jusqu’à rejoindre l’autre rive de l’Atlantique, j’ai choisi d’enquêter dans le Cotentin, dans la commune de Flamanville que je connais bien. C’est là que se trouve la maison de mes ancêtres j’habite plusieurs semaines par an depuis l’enfance. C’est là aussi qu’à moins d’un kilomètre est installée une centrale nucléaire, avec deux réacteurs en activité depuis le milieu des années 19802. Apparemment, rien d’exotique, rien de nouveau, si ce n’est des risques liés à la radioactivité dont la conscience s’éveille ou sommeille en chacun de nous. Nous3, car je suis ici presque autant sujet et objet de l’enquête, une indigène parmi les indigènes.

Les habitants dont je fais partie ont coutume de dire que l’ « on s’habitue » à la présence nucléaire. La centrale « fait partie du paysage » et pourtant, elle demeure une boîte noire pour ceux qui n’y travaillent pas. Sa présence suscite quant à elle beaucoup de questions et nombre d’entre elles, loin d’être anodines, aboutissent à des considérations d’ordre vital : « en cas d’accident, sommes-nous condamnés ? ». L’enjeu de départ a ainsi été de comprendre comment la présence nucléaire et les risques qui lui sont attachés se manifestent auprès de ceux qui en sont les plus proches.

Ce billet repose sur une mise en écho entre, d’une part, mon apparente proximité au terrain en tant qu’enquêteur indigène, et, d’autre part, la façon dont mon enquête de terrain a été un facteur de socialisation au risque nucléaire. D’un point de vue méthodologique, un site d’enquête a priori familier est-il une ressource pour enquêter sur un sujet aussi controversé que le nucléaire ? Quelles conséquences cette familiarité peut avoir sur l’enquête ?

IMG_5438 Crédit photo: Lou Viger

Enquêter au sein de sa sphère familiale et familière

Il faut imaginer un terrain où l’on est accueilli à bras ouverts, où les archives sont mises sur la table et où les histoires sont contées sans gêne autour d’un café́. Contrairement à l’enquêteur étranger souvent confronté à la difficulté́ de se faire connaître et de récolter des informations, l’enquête menée auprès de ses proches facilite l’intégration.

La plupart des habitants de Flamanville font partie d’une vaste famille élargie et se reconnaissent selon leurs liens de parenté. Grâce à mon nom, je suis souvent connue des enquêtés et peux naviguer sans trop de difficultés au sein d’un vaste réseau d’interconnaissances. Ce nom a valeur de sésame : « ah, si vous êtes une Viger, on trouvera bien un peu de temps » me dit-on alors que je négocie des entretiens. Je reste néanmoins coincée dans l’identité que l’on m’attribue et ce qui est dit de moi. Je suis souvent annoncée avant d’avoir pu me présenter, d’autant que certains connaissent une part de mon parcours sans que je maîtrise les assignations dont je suis l’objet. Je ne peux donc pas passer pour n’importe qui, sous la figure commode de l’enquêteur en sciences sociales ou de l’observateur-participant incognito. Au contraire, je dois veiller à adapter la façon de décrire ma recherche pour ne pas être en porte-à-faux avec ce que les enquêtés savent déjà.

« Je » passe donc avant ma fonction d’enquêteur et le cadre de l’enquête est ici subordonné au cadre intime. Si j’accède plus spontanément à la confiance de mes interlocuteurs, on me demande en échange de quitter mon rôle d’observateur et de donner mon opinion à bâtons rompus. Les discussions se soldent souvent par un : « entre nous, toi, qu’est-ce que tu en penses ? ». Suis-je une pro ou une anti-nucléaire ? Ne revendiquer aucune position ne signifie pas qu’on ne vous en attribue aucune. Au bout d’un mois d’enquête, prétextant toujours une forme de neutralité liée à mon statut d’enquêtrice (axiologique), j’ai été malgré moi catégorisée « écolo » pour m’être déplacée à vélo, avec tous les effets qu’entraîne cette attribution synonyme ici d’antinucléaire. Ainsi, une activité a priori anodine peut, dans un certain contexte, passer pour une revendication et redéfinir les attributs de l’enquêteur.

Enquêter en terrain familier, voire familial, donne accès à des moments d’intimité́ et de relâchement, où s’effacent les contraintes induites par la relation d’enquête telles qu’elles se nouent lors d’un entretien semi-directif ou au cours d’une situation d’observation. Je peux ainsi décrire des situations sans trop de discontinuité́, accéder aux coulisses, au sens goffmanien, et ainsi me croire à l’abri des jeux de rôles et des formes de censures. Mais cet aspect trouve lui aussi rapidement ses limites : la familiarité s’accompagne de toute une série de sentiments qui biaise réciproquement nos échanges. C’est le cas de la sympathie, de nature à éviter que ne se manifestent le conflit ou la contradiction. Il est courant que les enquêtés qui me sont les plus proches n’émettent pas leurs avis tant que je ne me suis pas exposée à en émettre un. Ils s’arrangent ensuite pour se calquer sur mes propos afin d’exclure toute forme de discorde. Je me retrouve alors prise au piège d’une « conversation en miroir », où je ne récolte que l’écho de mon propre discours. C’est notamment une technique employée par « les anciens » pour préserver l’entente bâtie depuis plusieurs générations entre les familles de la commune. Cet effet miroir rappelle qu’on peut facilement tomber dans la situation de « l’enquêteur enquêté ».

Etre proche du terrain implique d’être autant concernée par le sujet de ma recherche, autant et au même titre que les enquêtés. Je n’accède pas aux discours que pourrait recueillir un journaliste de passage. Les conséquences de ce qu’on me dit peuvent directement m’impacter et changer mon rapport au terrain en tant que lieu de vie. J’ai par exemple cessé de me baigner dans certains lieux déconseillés par des opposants, évité de boire l’eau du robinet et de consommer des produits locaux. Par ailleurs, je ne suis pas à l’abri de m’autocensurer, d’être complaisante, ou d’avoir peur de trahir les personnes auxquelles je suis attachée.

Cela dit, je conserve tout de même un avantage, celui de fréquenter le même réseau de connaissances que les enquêtés, en grande partie issus de ma sphère familiale. Il devient plus délicat de dissimuler ou de manipuler dès lors que chacun sait détenir des informations sur l’autre par des tiers. Cela permet de se prémunir de témoignages univoques et d’accéder à plusieurs narrations d’un événement ou de données biographiques. C’est le cas des actions de mobilisation et des choix professionnels liés à l’implantation de la centrale, dont les enquêtés pointent les contradictions : il y aurait eu beaucoup de « soi-disant militants de la première heure » qui ont été aussi « les premiers à accepter des postes à la centrale ».

Face aux risques d’assignation que la proximité avec mon objet faisait peser sur moi, il a bien été question de dissimuler l’objet de mon enquête pour dépasser le registre de la peur ou de la provocation : j’ai annoncé travailler sur « l’histoire industrielle de Flamanville », sur « les pratiques écologiques en milieu rural ». Mais encore une fois, il m’a été impossible de ne pas prétendre m’intéresser au nucléaire. Comment faire mine de passer à côté de ce qui est à la fois le « poumon » et la « bête noire » de la commune ? Autant qu’on ne peut pas faire table rase du battage médiatique et d’une littérature qui n’a vu et ne voit les alentours que par le prisme du nucléaire4 ? Toute personne questionnée ici se sent d’abord provoquée, et l’on ne peut négliger l’impact que ce contexte stigmatisant continue d’avoir. C’est d’ailleurs un écueil que m’a confirmé un enquêté́. Ce propriétaire de plusieurs restaurants sur la commune m’a raconté avoir été́ interviewé par une réalisatrice préparant un documentaire sur le nucléaire dans la région :

« Elle est venue me voir bille en tête en voulant montrer qu’ici le nucléaire contrôle tout, alors j’ai abrégé́ et lui ai dit ce qu’elle voulait entendre ».

Ma familiarité au terrain m’a sans doute permis d’accéder plus facilement aux « doubles discours », à dépasser la phase de provocation ou de relativisation par effets discursifs (d’autant mieux que j’y ai eu moi-même recours) pour comprendre sur quoi repose la logique de ces argumentaires, et à quelles pratiques ou expériences ils se trouvent rattachés.

Une connaissance du terrain permet aussi une enquête sur la durée permettant l’analyse des transformations et de l’évolution des données. Elle est d’autant plus nécessaire, sur une étude du nucléaire qui constitue un domaine sans cesse remué par des controverses qui génèrent de nouvelles variables dans l’analyse des clivages5. Chaque évènement qui s’y rattache, de la construction d’une centrale aux récents accidents, fait évoluer les comportements et modifie les référentiels des discours. Par exemple, ceux qui me vantaient les mérites du nucléaire civil se montrent aujourd’hui plus réticents depuis l’accident de Fukushima. Il faut donc avoir en tête cet historique pour voir comment se redistribuent les cartes de l’argumentation des enquêtés au sujet du nucléaire, et affirmer ici que l’enquête en terrain familier a été une ressource importante pour ajouter cette dimension diachronique au sujet.

IMG_6872

Crédit photo: Lou Viger

La centrale nucléaire, un objet étrangement familier

L’enquête menée chez soi invite à redoubler de vigilance quant à ces « allant de soi » puisque tout ce qui m’entoure me semble a priori familier. J’ai pris l’habitude de ne pas questionner ce qui fait partie du paysage et je dois alors lutter contre cette sensation d’inertie où tout parait normal. Si je me suis toujours sentie étrangère à la centrale nucléaire (d’autant que je n’ai aucun accès au site d’exploitation), je n’ai que rarement traité cette présence comme un problème ou un enjeu. Il a donc fallu littéralement « ouvrir les yeux » sur des aspects auparavant ignorés ou refoulés. J’ai par exemple découvert qu’une « stèle aux irradiés inconnus » était installée depuis plusieurs années en plein milieu du port et qu’elle servait aux commémorations annuelles de la catastrophe de Fukushima. Ce qu’on nomme être chez soi est donc le fruit d’un processus de sélection, de mises en visibilité, qu’il faut aussi déconstruire quand on prétend faire de ce chez soi un terrain d’enquête sociologique.

Cherchant un remède pour me déconditionner, j’ai commencé à enquêter à la manière d’un journaliste d’investigation en quête de « vérité », sur les sujets « brûlants » de la peur de l’accident et des controverses sanitaires. J’ai cherché des moyens de prouver un lien de causalité entre certaines maladies et la présence nucléaire, trouvant des personnes pour nourrir cette cause. « A votre avis, pourquoi sommes-nous si nombreux dans mon entourage à prendre le même traitement ? » m’a demandé une enquêté atteinte de problèmes thyroïdiens. Elle m’a ensuite tendu sa boite de médicament en silence, comme un gage me signifiant : voilà l’indice, trouvez la preuve. Jusqu’où l’enquêteur peut-il chercher des réponses ou, à l’inverse, doit-il théoriquement s’imposer de relativiser les enjeux désignés par les enquêtés ? J’ai finalement dû quitter l’impasse des effets de la radioactivité en retournant le problème : pourquoi, malgré les doutes et les accusations visant le nucléaire, ces personnes continuent-elles à vivre ici ?6

Cette question rejoint en fait celle que posent de nombreux visiteurs de passage (incluant les journalistes) aux habitants des alentours : « comment faites-vous pour vivre à côté d’une centrale ? ». Elle recouvre pourtant plusieurs présupposés difficiles à soutenir : cette proximité poserait problème et ce problème serait apparemment évident sans qu’il soit nécessaire de le préciser ; ce choix de vie ne serait pas « tenable » et relèverait presque de la folie, ou en tout cas d’une rationalité dont les principes restent à mettre au jour. C’est ce que confirme le client d’un hôtel situé à quelques centaines de mètres de la centrale affirmant que « pour rien au monde [il] n’emmènerai ici ses petits enfants ». C’est aussi ce que sous-entend l’approche de l’ethnologue Françoise Zonabend lorsqu’elle parle de « ce monde dangereux » ou encore vise à « dévoiler la réalité de la perception des dangers »7 dans la Hague.

Il en faut donc peu pour que l’enquêteur – supposé plus éloigné des risques mais aussi mieux averti – laisse entendre qu’il est le plus malin. Ces prétentions entrainent deux types de réponses de la part des enquêtés, qui peuvent être concomitantes ou pas. D’une part, ils ont recours à des effets de distanciation, en pointant la relativité des échelles entre local et global et en soulignant la dynamique spatiale de certains phénomènes. Il est en effet courant qu’ils me rappellent que « le nucléaire est partout » et que je me trouve toujours en France à proximité de l’une des 19 centrales nucléaires en activité. De même, en cas d’accident, Cherbourg ou Paris ne serait pas plus à l’abri car « on sait bien que le nuage de Tchernobyl ne s’est pas arrêté aux frontières ». Concernant les pollutions émanant de la centrale, le sens du vent jouerait autant que celui des courants (d’une baie à l’autre les effets polluants ne prennent pas la même ampleur). Cette mise en question systématique de ma place8 et des limites géographiques de mon terrain9 m’a amené faire un pas de plus dans la formulation d’une question de recherche et à considérer les procédés de spatialisation comme un enjeu des représentations du risque, et plus largement, comme un enjeu dans la définition des frontières d’un espace commun.

D’autre part, face à des préjugés qui sont aussi la manifestation d’une peur partagée, les enquêtés réagissent par l’humour, le détachement ou la provocation. Au premier abord, il est fréquent qu’ils jouent le registre de la provocation : « c’est vrai, on a bien quelques jambes et bras en plus », ou sur celui de l’ironie fataliste : « vivre est risqué », « il faut bien mourir de quelque chose », « nous sommes tous mortels ».

Si ces figures rhétoriques de la distanciation (logiques spatiales ou détachement) sont des lieux communs dans l’analyse du risque nucléaire, elles ne sont souvent réduites à n’être que des procédés de relativisation ou bien des attitudes de déni. Je souhaite plutôt les analyser à partir des causes de la distance qu’elles mettent en place. De même, l’enquêteur confronté au silence ou à l’esquive, aura tendance à ranger le nucléaire dans la catégorie du tabou10, une notion qui n’est pourtant qu’une conséquence de la situation d’énonciation. Réitérer les entretiens permet de voir que cet argumentaire n’est souvent qu’un comportement de façade, derrière laquelle il a donc été possible de pénétrer en qualité d’habitante.

En définitive, sur un terrain élimé par les innombrables enquêtes sur le nucléaire (tous registres confondus), je n’ai pas rencontré d’enquêté qui ne soit déjà aguerri. Les enquêtés ne sont pas des « habitants ordinaires », pas plus que l’on ne peut les départager entre catégories d’experts et de néophytes. Ils ont chacun de près ou de loin affaire au nucléaire. De même que depuis les années 7011, certains ont fait « l’apprentissage de la critique et de la mobilisation militante »12, comme d’autres ont appris à devoir se justifier. Ce qu’il est commun d’appeler « terrain sensible » prend ici racine dans l’histoire d’un terrain surexposé à la critique. Dans ce prolongement, il n’est alors pas étonnant que nombre d’enquêtés aient déjà rassemblé et indexé des séries de données constituant autant de matériaux pour l’enquête : dossiers spécialisés, rapports, essais relatifs au nucléaire (dont enquêtes), éléments retraçant leurs mobilisations et leur suivi des affaires (coupures de journaux), etc. Tout un champ est donc à analyser pour comprendre en quoi consisterait ce background sociologique partagé. C’est d’autant plus important dans le champ du nucléaire où chacun, acteur jugé compétent ou profane, officiel ou officieux, peine à asseoir la légitimité de ses informations. Il sera donc question, dans un prochain billet, des corpus constitués par les enquêtés et de la façon dont ils peuvent éclairer l’enquête.

1 Claude Lévi-Strauss et Didier Eribon, De près et de loin. Paris, Odile Jacob, 2001, p.33.

2 Deux réacteurs à eau pressurisée (REP) de 1300 mégawatts mis en activité entre 1985 et 1986. La maison se situe dans la zone du Plan Particulier d’intervention (PPI) c’est à dire dans une zone de 0 à 10 km sur laquelle s’applique des mesures de sécurité spéciales selon le niveau d’alerte (cloisonnement, évacuation).

3 Les habitants ou les personnes qui sont amenées à fréquenter régulièrement la zone du PPI.

4 Un test est assez révélateur : une recherche par mots-clés de « Flamanville » et « La Hague » sur Google.

5 Selon la méthode appliquée en sociologie des controverses qui considère « une pragmatique des transformations » qui ne se limite pas à « l’action située » : cf. F. Chateauraynaud et D. Torny, Les sombres précurseurs – Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque. Paris : Editions EHESS, 2013, p.89.

6 Par exemple, comment ce père persuadé que le décès de son fils a été causé par les retombées radioactives de Tchernobyl peut-il continuer à vivre à proximité d’une centrale ?

7 F. Zonabend, La presqu’île au nucléaire, Paris : Odile Jacob, 1989, p.16-17.

8 Elle m’a d’ailleurs permis de comprendre que cette place ne s’inscrit pas uniquement au sein des clivages sur le nucléaire mais prend part à des oppositions plus anciennes, comme celle entre Paris et la Province.

9 Cet aspect mériterait un développement à part entière : comme se définit un terrain de recherche ? Notamment lorsque ce dernier est d’abord déterminé par sa position géographique et fait l’objet d’une instrumentalisation.

10 Je reprends ici des termes de Françoise Zonabend, aussi récurrents dans la littérature sur la « perception du risque nucléaire ».

11 Début des négociations pour le choix du site d’implantation et des mobilisations militantes.

12 Chateauraynaud et Torny, op.cit, p.215.


Une réflexion au sujet de « En terrain familier. La proximité comme ressource pour l’enquête et comme source de transformations de l’enquêteur. »

  1. Bonjour Mme Vigier,

    j’ai trouvé votre propos très intéressant.
    De même étudiant en Master de sociologie je suis également confronté, sur un terrain différent, à cette question de la proximité avec l »objet d’étude …
    je serais ravi de pouvoir échanger de manière plus approfondis cette question

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *