La Mystique de la croissance : comment s’en libérer ?, de Dominique Méda

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteurs du billet: Medhi Arfaoui, Annabelle Bonnet, Emeline Derrian, Sara Moscardini, Stéphanie Perrin, Virginia  antilli, Noémie Vergier, Elodie Voisin.

Master Sociologie, EHESS, Paris.

****************************************************************************

I) Dominique Méda : une auteure interdisciplinaire et engagée

Dominique Méda, normalienne, agrégée en philosophie a débuté sa carrière à l’Inspection Générale des Affaires Sociales et est devenue responsable de la Mission Animation de la Recherche à la DARES. Elle est actuellement professeure de sociologie à Paris Dauphine et chercheuse à l’Irisso (Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales) de même que Titulaire de la chaire «Reconversion écologique, travail, emploi, Politiques sociales » au collège d’études mondiales (FMSH).

Ses principaux domaines de recherche sont le travail et la place de ce dernier dans la société, les politiques sociales, les indicateurs de richesse et les femmes notamment en relation à la sphère professionnelle. Sa publication en 1995 de l’ouvrage Le travail. Une valeur en voie de disparition ?, traite de ces sujets.

En 1999, Méda publie Qu’est-ce que la richesse ?, une analyse très critique de la définition du concept de richesse dans nos sociétés, et des outils de mesure utilisés. Dix ans plus tard, en 2008, elle revient sur le thème des indicateurs de richesse dans Au-delà du PIB. Pour une autre mesure de la richesse. Quelques années auparavant, elle avait effectué avec Alain Lefebvre des comparaisons entre les modèles sociaux en Europe, afin de mettre en perspective les dysfonctionnements du modèle français dans Faut-il brûler le modèle social français ? (publié en 2006).

Elle a également travaillé tout au long de sa carrière sur les questions d’égalité hommes/femmes au travail en publiant, en 2001, Le Temps des femmes. Pour un nouveau partage des rôles de même qu’en participant au Rapport en 2005 intitulé Les inégalités entre les femmes et les hommes : les facteurs de précarité.

Enfin avec les ouvrages collectifs Redéfinir la prospérité et Les chemins de la transition de 2011, Méda entame une réflexion sur une économie de la qualité, une prospérité sans croissance et une nouvelle définition et répartition des richesses. Au-delà de ses publications, Dominique Méda a été l’un des membres fondateurs du Forum pour d’Autres Indicateurs de Richesse (FAIR). Enfin depuis la fin du mois de novembre 2013, elle a choisi de s’investir dans un nouveau courant politique : « Nouvelle Donne ».

 

II) La mystique de la croissance : un manifeste politique ?

Dans cet ouvrage, l’auteure entame son analyse par la description de la crise sociale, économique et écologique que notre société traverse. L’auteure souligne comment l’Occident est sorti de la croissance, même si elle est toujours présente dans les discours. Dans les faits, les taux de croissance européens sont extrêmement faibles sinon négatifs. La mystique de la croissance, ou en d’autres termes le paradigme de la croissance, imprègne toujours nos sociétés. Il est temps selon Méda d’aller vers un nouveau paradigme.

Ainsi Dominique Méda déconstruit cette équation entre bonheur, croissance et plein emploi pour soutenir une économie qui intègre la justice sociale et permet la reconversion écologique. La Mystique de la croissance n’est donc pas un ouvrage de sociologie au sens classique du terme, avec un terrain et une méthode d’enquête, ni un travail philosophique. Mais il s’apparenterait plutôt à une forme de manifeste politique.

Ce livre se partage en trois parties, presque sous la forme d’un programme ou d’un plan d’action.

A) Première partie : “Comprendre”

Dans “Comprendre”, Méda dresse un portrait volontairement alarmant des problèmes environnementaux : la diminution des gisements de ressources naturelles, la disparition des énergies fossiles, la pollution, la bio-diversité en danger. La logique de « croissance » en serait à l’origine.

Puis, Méda cherche les raisons culturelles et sociales pour lesquelles nos sociétés se structurent, depuis le XVIIIè siècle, autour de la notion de « production ». Elle insiste tout d’abord sur l’instauration d’un rapport de domination et d’exploitation entre l’Homme et la Nature, qui distingue ces deux entités. Elle explique ensuite comment cette vision aurait été renforcée au XVIIIè siècle, avec la naissance de l’économie comme discipline, pour des raisons de cohésion sociale dans une société qui connaît de profondes transformations. La « production» aurait été perçue comme source du lien social, qui rend les individus dépendants les uns des autres à travers l’échange. L’augmentation incessante de la production est même devenue la condition sine qua non du maintien de l’ordre social.

La notion de « croissance » aurait été progressivement assimilée à celle de « progrès » puis à celle de « bien-être » pour la société. Elle aurait été pensée comme la garante de l’amélioration des conditions de vie, et ce jusque dans les années 1970. Enfin, selon l’auteure, les sciences humaines et sociales également auraient participé à accentuer cette croyance. Elles se seraient focalisées sur la production et sur les relations humaines, sans prendre en compte la nature et son rapport à elle et auraient ainsi contribué à l’oubli de son existence concrète.

De ce postulat, l’auteure explique que la croissance économique aurait été maximisée à outrance, devenant presque le critère de santé d’un État.

L’auteure termine justement sur le mode de calcul de la croissance dans nos sociétés, à travers une analyse de son indicateur majeur, le Produit Intérieur Brut. La comptabilité nationale est censée décrire la réalité de manière objective et scientifique, mais il s’agit d’une illusion : elle n’est pas une description neutre de la réalité, mais une construction à visée performative, destinée à orienter les actions et produire des effets dans une logique de « croissance ». C’est le produit d’une convention. Le PIB est un indicateur qui mesure un flux, l’ensemble des valeurs ajoutées. Mais l’indicateur exclut beaucoup d’activités, toutes celles qui ne sont pas rémunérées (temps de travail domestique, temps familial, bénévolat, loisir). Ensuite parce qu’il ne donne aucune vision de la répartition de cette richesse et qu’il ne fait aucune distinction entre ce qui est utile et inutile. Enfin parce que sur la manière d’établir un compte de résultat ne montre pas l’amoindrissement ou l’augmentation des stocks du « patrimoine naturel ». Ainsi l’utilisation du PIB aurait largement participé de cette confusion entre « croissance » et « progrès ».

B) Deuxième Partie : “Changer”

Dans cette partie, l’auteure se situe dans l’urgence de trouver une réponse pour sortir collectivement de cette impasse à la fois écologique, économique et sociale. Les solutions proposées consisteraient en l’élaboration d’une nouvelle grammaire pour orienter les nouveaux moyens de production et de consommation.

Ainsi, Méda rappelle que la nature ne pourrait plus subvenir à nos excès de consommation utilitaristes et positivistes, mal redistribués entre Nord et Sud, et généralement à notre vision anthropocentrique et capitaliste de la nature comme sujet à exploiter et à dominer envers laquelle nous n’avons aucun devoir mais uniquement des droits.

La question de la transmission d’un « patrimoine naturel » aux générations futures constituerait pour Méda un nouvel enjeu. Elle invite à reformuler l’idée de « patrimoine social » en y incluant une réflexion sur la justice sociale.

Premièrement, la notion de “capital naturel” devrait être remplacée par l’idée de patrimoine présentant la nature plutôt comme un bien commun à défendre sans attendre. Il faudrait se soucier aussi des composantes sociales et économiques qui constituent notre société. En définitive, on devrait penser la nature dans son ensemble, ses stocks, ses ressources naturelles renouvelables et non renouvelables tout en considérant les facteurs qui déclenchent sa dégradation ou son amélioration.

L’auteure soutient l’idée des indicateurs uniques divisés en sous-parties pour les facteurs les plus précieux et difficiles à évaluer : le travail humain et la sauvegarde de la planète. Il faudrait abandonner le PIB pour développer d’autres indicateurs qui représentent une réalité sociale plus complexe et multiple, comme l’indicateur synthétique de progrès qualitatif (IPQ).

Méda affirme que la crise économique du 2008 aurait complètement occulté la crise écologique sur laquelle des efforts internationaux étaient en train de se mobiliser. Notamment de nouveaux modes de productions comme la réduction de gaz à effet serre, la limitation de la pollution des eaux, des sols, le respect de la biodiversité et de nouveaux termes étaient progressivement élaborés comme « croissance verte » et « emploi vert ». Par conséquent, elle invite à trouver des solutions conjointes aux crises économiques et écologiques considérant tout d’abord la réalité physique de la nature.

Pour éviter que la sortie de la mystique de la croissance produise un chômage de masse, Méda propose préalablement le changement de notre conception de la croissance et de la consommation, donc un changement qui devrait déboucher de façon plus concrète sur la modification de nos habitudes : augmentation de l’agriculture biologique, modification de nos façons de construire, de nous déplacer, et surtout un renversement du paradigme de la quantité par celui de la « qualité » et de la « durabilité ».

C) Troisième partie : “Mettre en œuvre”

Selon l’auteure, il faudrait en tout premier lieu mettre la production au pas des critères politiques et éthiques. Des règles collectives de gestion des biens communs seraient à définir aux échelles mondiales, nationales et locales pour préserver la nature. Il faudrait sortir la production et la nature de la sphère privée. Du fait des contradictions (apparentes) entre question sociale et environnementale, il est difficile de défendre ouvertement un processus de réglementation politique et éthique de la production. Au début de la crise financière de 2008 aurait existé une volonté populaire et institutionnelle de moraliser la finance. Mais la crise se prolongeant et entraînant des politiques d’austérité, les questions sociales et écologiques se retrouveraient à nouveau en contradiction.

Afin de casser cette fausse contradiction il faudrait remettre en cause l’idée que croissance est synonyme d’emploi. Selon l’auteure on pourrait créer de l’emploi sans croissance grâce à la diminution de la durée du travail, et / ou diminution de la productivité en augmentant la qualité (environnementale et sociale) de la production. Toutefois, postule Méda, une politique de réduction de la productivité, et donc de la compétitivité, nécessiterait une régulation de la mondialisation. L’interdiction des paradis fiscaux, et l’obligation des banques à séparer leur activité de crédit de la spéculation seraient des exemples en ce sens.

Nous avons alors besoin d’un changement de paradigme : l’emploi ne devrait plus être considéré comme une variable d’ajustement dans l’objectif d’une production maximale, mais comme le moyen de répondre aux besoins essentiels et définis collectivement. L’auteure placerait la Communauté Européenne au premier rang des institutions qui pourraient effectuer et planifier cette transition en s’appuyant sur une « transition juste » socialement ressentie comme telle (ce à quoi l’écotaxe est un parfait contre-exemple).

De même, la recherche d’une relative autosuffisance économique serait indispensable, comme des accords internationaux sur les normes sociales et environnementales. Toutefois la régulation mondiale des quotas des gaz à effet de serre poserait le problème de la justice Nord/Sud et nécessiterait une importante redistribution des richesses globales.

Cette transition demanderait donc de grandes innovations sur le plan institutionnel, allant à l’encontre des intérêts politiques et économiques en place. Selon l’auteure, une forte activité démocratique, ainsi que la repolitisation du travail, de la production et de la consommation impliqueraient une attitude de gestion et de soin des ressources (humaines et naturelles) plutôt qu’une attitude d’exploitation. Ce qui conduirait à revaloriser certaines activités selon un nouvel indicateur de progrès seront les activités non-marchandes (éducation, soin, relationnel…), d’auto-production, voire les activités personnelles.

Pour cela, il faudrait convaincre que le dépassement du paradigme de la croissance est une opportunité. Une redistribution des richesses serait indispensable. Par ailleurs, ce changement ne serait possible que si l’on substituerait l’acte de consommation par une participation accrue à l’activité politique collective, et par l’autoproduction. C’est d’ailleurs la création de l’identité individuelle autour de l’acte de consommation qui poserait le plus de problèmes dans le changement de mentalité.

 

III) Conclusions et questions restées ouvertes

Peut-on parler de manifeste politique ? Dominique Méda ne le confirme pas. Elle explicite une stratégie communicative et pédagogique qui justifierait la forme de son ouvrage. Ce livre s’adresserait autant aux citoyens qu’aux décideurs. Elle ne veut pas non plus s’adresser aux lecteurs déjà convaincus de la nécessité d’abandonner le paradigme de la croissance et du capitalisme. D’où par exemple son refus de l’utilisation du mot de « décroissance ». Toutefois, cette stratégie nous interroge sur la véritable sortie du paradigme de la croissance ou tout du moins du capitalisme par Méda elle-même, puisque les concepts de « travailleurs », «consommateurs », « investissement » ou « capitaux » seraient tout aussi présents dans les maux qu’elle décrit que dans les solutions. Or un changement de paradigme, au sens de Kuhn, est un changement radical qui voit un renouvellement du vocabulaire et des acteurs. On peut toujours se demander si ce n’est pas au contraire une rupture complète qui permettra de prendre conscience de l’opportunité que pourrait représenter un changement de modèle de développement social et économique.

Il nous semble que le principal défaut ou omission de Dominique Méda est une analyse réelle du conflit social, qui est intrinsèquement inscrit dans les solutions qu’elle propose. Pourtant, elle rappelle dans son ouvrage le problème de conflit d’intérêt que représente une sortie de la mystique de la croissance. De même, elle revient lors du débat sur l’immobilisme des décideurs, sinon même des dégâts que cette croissance porte.

Toutefois, Méda ne semble pas vouloir s’attaquer dans son ouvrage aux rapports de force qui maintiennent ce choix de la nécessité de la croissance, au moins dans les discours. Elle invite les citoyens à se réapproprier de la vie politique. Elle s’insurge de ne pas les voir participer aux vrais débats de société.

Elle réaffirme pendant notre discussion que les citoyens ne peuvent pas prendre de mauvaises décisions, en tout cas pas pires que celles qui ont déjà été prises, tel que le maintien du PIB. Mais paradoxalement, elle semble refuser de se positionner sur des exemples concrets où les citoyens tentent de se réapproprier des choix de société.

Refus de la conflictualité, volonté d’une démarche inclusive et institutionnalisée? Lorsque nous lui demandons ce qui devrait être changé dans le système politique, nous n’obtenons pas de réponse. Chercheuse engagée certes, mais ses propositions présenteraient des limites. Il s’agit de donner des arguments aux citoyens pour qu’ils puissent prendre conscience et se battre, ou pour autant de se battre à leurs côtés ?

Lors du débat, les concepts de soutenabilité, et d’agriculture biologique, qui recouvrent des réalités extrêmement diverses, ne sont pas spécifiés par Dominique Méda qui nous laisse à ce sujet sans réponse précise. De facto, elle nous laisse sans indications de « pratiques anti- croissance » à développer en tant que citoyens et sociologues.

 

En conclusion, le paradoxe entre la forme et le contenu de cet ouvrage nous a paru révéler surtout le hiatus, historique, entre le changement de paradigme et sa mise en oeuvre. En effet, alors que la plupart des ouvrages traitant de ce sujet se cantonnent à résoudre soit la question philosophique, éthique ou morale de l’hybris, Dominique Méda, chercheuse engagée, nous propose une approche alternative dont l’ambiguïté témoigne de la complexité de ce positionnement.

En entretien comme dans son livre, l’auteure, énarque, fait part de son scepticisme vis-à-vis de la possibilité d’une démystification parmi les élites, déjà informées, déjà alertées. Le propos central du livre ne nous semble pas tenir dans ce procédé méthodique suggéré pour arriver à bout des maux sociaux et écologiques. La Mystique de la croissance propose, avant tout, de comprendre comment à un moment donné, il est devenu possible d’assujettir intégralement la nature au service de l’homme, l’homme au mythe de la croissance, et de voir cette construction sociale persister.

Nous retiendrons tout de même une part incontournable d’idées proposées par Dominique Méda, comme par exemple le nouveau partage du travail, les associations possibles entre la question sociale et la question écologique, ou encore l’intégration, à la comptabilité nationale, des flux de production non marchands.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *