Raymond Aron, Liberté et Egalité, Cours au Collège de France, présenté par Pierre Manent

Ce billet est en lien avec le séminaire Sociologies contemporaines de l’EHESS. Chaque semaine au premier semestre des Master 2, un chercheur est invité à venir présenter une recherche sociologique qui a fait l’objet d’une publication récente. Les étudiants préparent ces séances et produisent de courts textes afin de contextualiser les recherches de ce chercheur, et d’alimenter les réflexions autour des travaux présentés.

La Rédaction

Auteur du billet: Francesca Rossi, Master 2 Sociologie et Statistique, EHESS, Paris.

************************************************************************************

 

L’édition « Liberté et égalité » a été établie et présentée par Pierre Manent, que nous avons l’honneur d’accueillir aujourd’hui. Pierre Manent est normalien, agrégé de philosophie, directeur d’études à l’EHESS depuis 1992 et, aujourd’hui, auprès du Centre de recherches politiques « Raymond Aron ».
Dans sa préface, intitulée «La politique comme science et comme souci », il nous introduit à la pensée et à la perspective (ou mieux à la « réflexion ») politique, philosophique et sociologique d’Aron au soir  de sa carrière universitaire. Pierre Manent explicite, de la manière la plus pertinente et appropriée, l’esprit du texte, édité – nous le rappelons – à partir d’une dactylographie extrêmement fautive.

 

 

L’auteur de la préface y retrace les premières années de la formation d’Aron, qui déjà mesurait avec « de plus en plus d’acuité nourrie d’anxiété, combien le sort des hommes dépend de la manière dont ils conduisent leur vie politique » ; il évoque l’expérience allemande « le pays qu’il aimait, mais qu’il vit rejeter les principes élémentaires de la vie européenne »2 ; il revit en esprit les années de son âge mûr, de la soutenance de sa thèse de philosophie en 1938, à l’entrée dans la vie adulte avec la présentation d’une communication devant la société française de philosophie intitulée «Etats démocratiques et états totalitaires », jusqu’à la fin et à la prononciation de ce dernier discours, lequel, explique-t-il, appartient à l’autre extrémité de la carrière de Raymond Aron. Il s’agit d’un texte rédigé dans un moment où les circonstances étaient évidemment bien différentes de celles qui prévalaient 40 ans auparavant, lorsqu’Aron intervint devant la Société française de philosophie.
Comme il l’a déclaré à plusieurs reprises, ce texte est caractéristique de l’anxiété d’Aron dans sa dernière période face à l’anomie et/ou à la perte d’éléments d’orientation collective dans les sociétés libérales et démocratiques2. En effet, Aron interroge la « crise morale des démocraties libérales » (Manent).

Ceci nous conduit, en tant que groupe de travail, à poser les questions suivantes : Nous vous (re)posons la question des places relatives de la philosophie et de la sociologie : la balance s’inverserait-elle chez Aron? Ce ne serait plus une sociologie au service de l’argumentation philosophique, mais une philosophie éclairant la pensée sociologique. L’horizon de toute pensée sociologique est-elle critique, dimension tangible lorsque Aron s’annonce « [l’]observateur des sociétés dans l’histoire » ? Somme toute, au prisme de la pensée d’Aron, qu’est-ce que la philosophie peut, ou doit, nous apporter (à nous, jeunes sociologues en puissance) ?
Ensuite, une deuxième question, qui pourrait paraître une remarque d’ordre purement stylistique, mais qui « cache » une question d’ordre substantiel. Elle concerne le choix du titre de l’ouvrage : pourquoi avoir choisi le titre «Liberté et Egalité » si ce dernier concept n’est abordé que vers la fin du discours ? Est-ce que finalement la réflexion sur la liberté n’est pas un moyen pour Aron de critiquer notre conception de l’égalité si ce n’est la place de l’égalité dans notre conception politique moderne ?

Pour conclure, dans ce dernier cours donné au Collège de France le 4 avril 1978 et consacré aux libertés, Aron fait entendre l’inquiétude civique qui ne l’a jamais quitté, ressort de sa vie de pensée et d’action. Comme Pierre Manent le dit, « de bien des manières Aron parle de nous : qu’il s’agisse de la liberté détachée de tout critère, de la légitimité démocratique très généralement reconnue, de l’absence d’une notion acceptée de la vertu ou du bien commun, nous nous reconnaissons ». Dans cette optique, « Trente ans après, que reste-t-il de la pensée de Raymond Aron aujourd’hui ? » Comment est-ce que on pourrait (ré)-examiner le contexte historique moderne et contemporain à la lumière de la pensée d’Aron ?

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *